Site des phares de France

Les phares de la zone : Outre Mer

Phare Amédée

Le phare Amédée est réalisé aux ateliers Rigolet des Buttes Chaumont à Paris, monté une première fois pour vérification à La Villette entre juillet 1862 et juin 1864, puis démonté pour son embarquement par la mer. La conduite des travaux de construction de ce phare a été supervisée par un conducteur des Ponts et Chaussées, Stanislas Bertin, à la demande du comte de Chasseloup-Laubat, ministre de la Marine de Napoléon III. Les travaux de réalisation sur place avec l’aide de militaires et de Mélanésiens dureront dix mois, de janvier à novembre 1865.

Il est inauguré le 15 novembre 1865. Éclairé avec une lampe à huile de colza à l’origine, puis en 1952 par un système à pétrole vaporisé avant d’être électrifié en 1985.

Un phare métallique quasiment identique fut construit entre 1867 et 1868 par les mêmes ateliers et inauguré le 15 décembre 1868, le phare des Roches-Douvres dans les Côtes-d’Armor, détruit en août 1944 par la Wehrmacht et remplacé dans les années 1950 par une tour en pierre de taille de granite rose.

Fonction Phare de 1er ordre
Localisation Nouméa, Nouvelle-Calédonie
Coordonnées 22° 28′ 44″ S - 166° 27′ 55″ E
Construction 1862 à 1865
Allumage 1865
Nombre de marches 247 marches
Hauteur 52 mètres
Élévation 55 mètres (niveau au-dessus de la mer)
Portée (milles marins) 24,5 milles (environ 45,374 km)
Caractéristiques du feu 2 éclats blancs toutes les 15 secondes
Optique 0,25 m de distance focale (tournante)
Source lumineuse 30 000 candelas
Automatisation 1985
Protection Monument Historique

Classé MH en 2007

Gestionnaire Entreprise privée "Mary D": transport, visites et animations au phare
Fréquentation  
Autre